C’est confirmé, les urbains fuient les grandes villes !

Publicités

C’est la grande tendance de l’immobilier post-confinement : les urbains veulent acheter des biens plus grands, avec une terrasse ou un jardin, quitte à laisser les cœurs de ville des métropoles.

La tendance observée depuis mai 2020 d’explosion des recherches de biens à acquérir, se confirme et se renforce même dans la plupart des secteurs, aussi bien en Ile-de-France qu’en régions.

L’Ile-de-France s’étend au-delà de ses frontières

PAP.fr a constaté sur son site du 1er au 31 août 2020, une hausse des recherches de biens à acheter de + 60 % par rapport à août 2019 en Ile-de-France et dans les départements limitrophes. C’est encore plus que les +46% de hausse constatés en mai 2020 !

Paris n’a plus la cote !

Tous les départements d’Ile-de-France, de même que l’Eure, l’Eure et Loir, le Loiret, l’Yonne et l’Oise connaissent une forte hausse de recherches de biens à acheter. Sauf Paris, qui pour la première fois, est en baisse par rapport au mois d’août 2019 : – 5 %.

Les trois départements de la Petite couronne progressent, mais moins que le reste de la région. En moyenne, ils sont à +32%, ce qui est bien inférieur aux progressions de la Grande Couronne et des départements limitrophes à l’Ile-de-France.

Les franciliens s’éloignent de Paris.

La Grande Couronne progresse en moyenne de 83%, et la Seine-et-Marne en particulier voit son attrait exploser : +118% de recherches par rapport à août 2019 !

Et le mouvement s’étend au-delà des frontières administratives de l’Ile-de-France. Ainsi, les départements limitrophes à l’Ile-de-France progressent également de 83% en moyenne, vers le Nord dans l’Oise (+78%), vers l’Ouest dans l’Eure (+102%) et l’Eure et Loir (+65%), ou vers le Sud dans le Loiret (+82%) ou l’Yonne (+88%).

En régions aussi, on s’éloigne des villes

En août 2020, PAP.fr a constaté une moyenne nationale de 46% de recherches d’achat de plus que l’année dernière à l’échelle nationale sur son site. Les autres grandes villes s’en sortent mieux que Paris, mais restent malgré tout dans l’ensemble en dessous de la moyenne nationale.

Sortir des centres-villes. Partout, les recherches autour des villes progressent plus que dans les villes elles-mêmes. Ainsi, quand Bordeaux progresse de 21%, la Gironde progresse de 70%. Quand Lyon progresse de 37%, le Rhône progresse de 86%. Les recherches des Français s’éloignent donc des centres-villes.

Vive les zones moins denses !

Pour trouver les plus fortes progressions, il faut aller encore plus loin. Ainsi, le nombre d’acheteurs a plus que doublé dans plusieurs départements comme L’Ain (+163 %), le Pas-de-Calais (+153 %) ou L’Isère (+151 %). La qualité de vie semble désormais la priorité n°1 des acheteurs, et cela inclut souvent la proximité du littoral ou de la montagne. Le télétravail leur permet d’envisager de s’éloigner des villes jugées trop stressantes.

Résidence principale ou secondaire ?

On pourrait croire qu’il s’agit essentiellement de recherches de résidences secondaires : il n’en est rien. Le taux de recherches de résidences secondaires a peu progressé : il est de 8.8% en août 2020 contre 8.2% en août 2019. Les acheteurs veulent bien s’installer ailleurs !