Publicités

Assurances, retards d’avion, cartes bancaires : évitez les frais inutiles en vacances !

Eviter les frais inutiles en vacances ! par My Little Money

Les Français ont un budget moyen de 1787 euros pour leurs vacances d’été. Pour le réduire, attaquez-vous aux frais inutiles.

Les vacances, longs séjours ou city-breaks, sont un poste budgétaire de plus en plus important pour les Français, en particulier pour les familles. Certaines dépenses ne correspondent malheureusement à aucun service ni aucun avantage et grèvent inutilement votre budget. Voici un tour d’horizon de ces frais injustifiés et quelques idées utiles pour les éviter ou les réduire.

Cartes, chéquiers, retraits: faites la chasse aux frais cachés !

Victimes d’un pickpocket dans le métro d’une grande capitale ou simple oubli dans un bus ou un train: la perte et le vol des moyens de paiement peut vite transformer les vacances en cauchemar.

Pas de vraie raison, cependant, de perdre son calme . D’abord, pour ce qui concerne d’éventuelles dépenses avec votre carte : vous êtes protégé par la loi. Elle prévoit en effet que vous n’êtes jamais responsable en cas de fraude lors d’une vente à distance. Dans le cas d’une extorsion, votre responsabilité s’arrête dès que vous faites opposition à la carte bancaire et ne dépasse pas un plafond de 150 euros. L’assurance est donc ici superflue.

En revanche l’assurance peut-être utile en cas de paiements effectués avec votre code secret, ou pour les chèques, dont la fraude n’est pas prise en charge. Il en est de même pour vos clefs, papiers d’identité et parfois téléphone portable, pour lesquels de nombreuses banques proposent diverses formules plus ou moins avantageuses. Sachez faire jouer la concurrence !

Attention aux frais bancaires à l’étranger

Il en est de même pour ce qui concerne les frais bancaires: les retraits hors zone euros coûtent cher, et leur tarif varie fortement d’un établissement à l’autre. Privilégiez les paiements par carte dans les commerces ou loisirs, vous économiserez d’importantes commissions.

Votre banque ou la banque utilisée lors de votre séjour à l’étranger hors de la zone euro peut appliquer des frais bancaires divers. Cela représente près de 2 milliards d’euros par an pour les Français !

Il y a d’abord les frais d’achat ou de retrait qui sont pratiqués à chaque fois que vous réalisez un paiement par carte bleue ou un retrait sur un automate. Selon les établissements, il peut s’agir d’un montant fixe pour chaque opération ou d’un pourcentage sur la somme payée ou retirée. Viennent ensuite les surcharges locales (fees) qui sont parfois appliquées par la banque locale sur chaque retrait, là encore sous forme de montant fixe ou proportionnel en fonction du pays ou de l’établissement. Enfin, il faut ajouter les taux ou commission de change variables doivent être payés pour rémunérer les intermédiaires en cas d’achats en devise étrangère ou de vente d’une devise à un bureau de change.

En tout cela représente pour les Français près de 2 milliards d’euros chaque année selon une étude TransferWise, société britannique de transferts d’argent internationaux. Les entreprises et les voyageurs d’affaires auraient eux perdu plus de 500 millions d’euros en commissions bancaires. Les frais analysés auprès de 7 grandes banques et des bureaux de change concernent principalement les dépenses effectuées en dehors de la zone euro (711 millions d’euros), principalement par carte bancaire, l’envoi d’argent aux familles restées à l’étranger (679 millions d’euros), les factures établies dans des devises autres que l’euro (25,66 millions d’euros) et le versement des salaires dans une devise différente de celle du pays d’origine (12,43 millions d’euros).

Il est possible de réduire facilement ou de limiter certains frais bancaires pratiqués lors de vos déplacements ou voyages à l’étranger. Par exemple, certaines banques en ligne proposent des frais de retrait et d’achat très réduits, voire une exonération dans la limite d’un certain nombre d’opérations sur une période donnée. Des « néobanques », telle que N26 ou Revolut, mettent également en place des comptes bancaires multidevises qui vous évitent les frais de change si vous vous rendez souvent dans le même pays. Enfin, vous pouvez éviter les surcharges locales en utilisant l’automate d’une banque internationale, ou si votre banque fait partie d’un réseau international ayant noué un accord visant précisément à éliminer les surcharges.

N’oubliez pas qu’à l’étranger (hors zone euro), il vaut mieux payer dans la devise du pays qu’en euros. Dans beaucoup de lieux touristiques, les commerçants proposent de payer par carte en devises locales ou en euros, voire en dollars.

Il peut être tentant de choisir l’euro afin de savoir d’emblée ce que l’on va payer. Mais attention, c’est rarement la solution la plus économique. Car une majoration du taux de change est fixée par la banque du commerçant et non par la vôtre.

Alors pour des petits achats, pourquoi pas. Mais en cas de grosses dépenses, il est toujours plus intéressant de choisir de payer en monnaie locale. Et en aucun cas, vous n’êtes obligés d’accepter le paiement en euros ! De même, refusez le paiement avec empreinte papier, le fameux sabot, encore utilisé dans de nombreux pays.

Car le commerçant garde une trace des 16 chiffres de votre carte et de sa date de validité ainsi que du code de sécurité à trois chiffres. Privilégiez dans ce cas les paiements en cash. À défaut, vous risquez de très mauvaises surprises !

Assurances : attention aux doublons !

Les longues heures dans l’aérogare sans explication de la compagnie aérienne, le TGV arrêté en pleine voie qui fait rater la correspondance…Tout le monde a déjà connu ces situations où le stress le dispute aux dépenses inattendues. Comment s’y retrouver dans le maquis des diverses garanties ?

D’abord, en cas de refus d’embarquement, d’annulation ou de retard important d’un vol, vous pouvez invoquer le très efficace Règlement (CE) n°261/2004 du Parlement européen et du Conseil du 11 février 2004. Cette législation vous permet d’obtenir des dédommagements parfois très significatifs en fonction de la durée et de la cause du retard, et de la distance du vol. De nouvelles garanties, comme la G30 proposée par la SNCF, vous dédommage systématiquement après 30 minutes de retard de train, y compris quand elle n’est pas responsable (par exemple en cas d’intempéries).

Par ailleurs, l’assurance annulation ou vol manqué systématiquement proposée par les différentes compagnies de voyage ou de transport n’est peut être pas intéressante selon la carte bancaire que vous possédez.

En effet, sa couverture concerne essentiellement les cas de décès, motif professionnel (licenciement) ou préjudice grave à votre domicile. Ces cas sont déjà couverts par de nombreuses cartes comme les Visa Premier, Infinite ou Mastercard Gold et Platinium. Ces dernières couvrent même l’aide à la poursuite de voyage, le retard ou la perte de bagages…Attention, deux réserves : il faut avoir utiliser cette carte pour réserver son voyage, et ces garanties ne sont pas fournies avec les cartes basiques.

Il en va de même pour les locations de voiture: si l’assurance responsabilité civile minimale est obligatoire, vérifiez que la carte bancaire utilisée pour la location ne comporte pas de rachat de franchise avant de souscrire cette assurance complémentaire auprès du loueur.

Publicités

Jean-Jacques Manceau

Jean-Jacques Manceau est diplômé d’un DEA d’Etudes politiques de Lille 2. Il commence sa carrière de journaliste à la Voix-du-Nord et à l’Etudiant avant de se spécialiser dans l’économie et la finance. D’abord au Revenu puis à Capital. Il devient rédacteur en chef à l’Expansion en 2002. Spécialiste en stratégie d'entreprise, il écrit en 2010 un ouvrage sur « Le Club Med, réinventer la machine à rêve ». En 2012, il s’oriente dans la communication en devenant Directeur de la communication externe d'une multinationale du sport. Il est aujourd'hui auteur et éditorialiste.

Un commentaire sur “Assurances, retards d’avion, cartes bancaires : évitez les frais inutiles en vacances !”

Votre avis

%d blogueurs aiment cette page :