Le Glamping Met Les Bobos Au Camping

unnamed

Le « Glamping », vous connaissez ? Non, ce n’est pas la contraction de Gland et de Camping, mais de Glamour et Camping !

Pour populariser un nouveau concept, rien de tel que de créer un mot-valise. Le “glamping” ne déroge pas à la règle. Derrière cette néologisme se dissimule une forme de vacances qui a le vent en poupe : le camping “nature”. Amateurs d’élections de Miss Camping, de baraques à frites et de karaoké, passez votre chemin.  
Le phénomène Glamping symbolise à lui seul, le formidable dynamisme du camping en France. Avec 710 000 emplacements, la France possède désormais le premier parc européen. À l’échelle mondiale, il n’y a que les États-Unis devant. Du coup, les étrangers occupent près d’un hébergement sur trois (32 %). La fréquentation des campings a bondi de 7,5 % en sept ans. Avec 112 millions de nuitées comptabilisées, le camping se situe désormais au 2e rang des offres d’hébergement professionnel en France, derrière les hôtels (200 millions de nuitées). Mais en termes de croissance, c’est la seule formule touristique qui peut se prévaloir d’une hausse constante de sa clientèle.

Car les propriétaires d’emplacements de camping ont su être malins en élargissant la période d’ouverture, passant de 133 à 137 jours en moyenne. Une bonne façon de contrer la baisse du nombre d’emplacements (-2.1% depuis six ans). Si le mois d’août reste le mois favori avec un taux d’occupation de 61%, pouvant grimper jusqu’à 90% sur certains littoraux, septembre concentre désormais 35% des nuitées.

Surtout, ils ont opéré une montée en gamme continue en transformant les emplacements nus, accueillant habituellement des tentes ou des caravanes, en emplacements équipés de structures fixes : bungalows, mobile homes, roulottes, yourtes ou tentes écolos. Ces derniers ont progressé de 20 % en dix ans, au point de représenter 30 % des capacités. Cette évolution a eu pour effet une nette montée en gamme de ce type d’hébergement. Activités sportives en tous genres, piscine, plan d’eau, centre aquatique, golf, accrobranche, restauration, accueil des enfants, supérette, Wi-Fi… autant de services qui ont permis aux campings de se rapprocher du niveau de confort et d’accueil des centres de vacances. Près de sept campings sur 10 sont classés en trois, quatre ou cinq étoiles.

Cette évolution s’est accompagné d’une « gentrification » du camping, avec l’apparition de « village nature ». Dans ces nouveaux refuges pour bobos, implantés dans des sites protégés, en pleine nature, on dort dans des cabanes en bois non traité, les douches sont équipées de réducteurs de débit, l’eau des piscines n’est pas chlorée mais filtrée, et les toilettes sont sèches. « L’idée est de permettre aux cadres stressés par la vie urbaine de revenir aux joies simples du vrai camping, en harmonie avec la nature”, résumait Céline Bossanne, la cofondatrice du pionnier du glamping, Huttopia, un nom « valise » également, né de la fusion de hutte et d’utopie. Un concept simple mais astucieux qu’elle a mis au point avec son mari, Philippe.

Nous sommes en 1999 et les deux Lyonnais finissent leurs études de commerce au Canada, pays des grands espaces et du trekking. “Nous avions l’idée d’Huttopia depuis longtemps, mais, pour donner forme au projet, nous voulions d’abord faire travailler des designers”, raconte Céline Bossanne. A peine leurs premiers croquis de cabanes et de tentes en poche, les époux se mettent en quête d’un fabricant de tentes, mais surtout ils cherchent des terrains. Ils optent pour une stratégie audacieuse : délaisser le bord de mer et la montagne, bondés, pour des coins de nature préservée, proches des grandes villes. Leurs deux premiers sites ouvriront en 2005 à Versailles et près de Tours, à Rillé. C’est là qu’ils peaufinent le concept. « En 1999, l’ambiance n’était pas encore au tout écolo et au développement durable, mais nous souhaitions travailler sur un produit vraiment nature et assez haut de gamme”, explique Céline Bossanne.

L’histoire va valider leur intuition. Le développement durable et la préservation de l’environnement se sont imposés comme des valeurs clés. Loin d’être l’apanage des classes populaires, le camping séduit désormais un nombre croissant de cadres. Selon une étude de StrategyOne pour la Fédération des professionnels de l’hôtellerie de plein air, 36 % des clients des campings se revendiquent d’origine CSP +, et 50 % des campeurs choisissent un terrain de 3 ou 4 étoiles – ils représentent 55 % de l’offre.

A la tête d’une quarantaine de site en France et après avoir pris pieds au canada, Huttopia va ouvrir son premier site aux Etats-Unis, la patrie du camping, dans le New Hampshire à proximité de North Conway, à moins de deux heures de Boston, ce nouveau village s’installe au bord d’un lac, sur un ancien camp scout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :