Publicités

Netflix, lance un nouveau Junk bond

images

Alors qu’il vient de perdre son bras de fer contre les organisateurs du Festival de Cannes, le géant américain du streaming, Netflix, a fait un carton d’audience à la bourse, à l’occasion de l’émission de son premier emprunt obligataire libellé en euro, largement plébiscité par les investisseurs, malgré des notations médiocres qui l’assimilent à un junk bond.

Bien décidé à pouvoir présenter deux films au prochain Festival de Cannes, Okja,signé Bong Joon-ho, et The Meyerowitz Stories, réalisé par Noah Baumbach, deux longs métrages financés et acquis par la plateforme américaine de streaming, Netflix a dû accepter de les sortir en salles pour pouvoir les maintenir en sélection officielle. Une hérésie pour le géant américain qui a bâti sa réputation en privilégiant la diffusion de tous ses contenus à ses abonnés. Une stratégie payante puisque le cap des 100 millions d’utilisateurs vient d’être franchi.

Un camouflet qui n’a entamé pas l’appétit des investisseurs pour les titres de Netflix. Ils se sont littéralement jetés sur le premier emprunt obligataire libellé en euro. Du coup, Netflix en a profité pour lever sur le marché 1,3 milliard d’euros contre 1 milliard visé initialement. Selon la compagnie américaine les fonds serviront à financer l’achat de contenus ou la production de séries propres. Elle compte dépenser 7 milliards de dollars cette année, après en avoir déjà dépensé 6 l’année dernière. La compagnie n’en est pas à son coup d’essai. Elle a déjà émis pour 3,4 milliards de dollars en obligations à haut rendement.

Malgré l’engouement pour cette entreprise, sa nouvelle obligation en euro est notée « B1 » chez Moody’s et « B+ » chez Standard & Poor’s. Ce qui correspond à un niveau de risque plutôt élevé. Un Junk bond dans le jargon des banquiers. Alors pour les amateurs de sensations fortes, l’obligation Netflix (3.625% – maturité 15/05/27) est disponible sur le marché secondaire à 101,40%, correspondant à un rendement de 3,46% par coupures de 100.000 euros en nominal. Le potentiel d’appréciation est réel, surtout si Netflix remporte une palme d’Or !

Retrouvez mes chroniques dans forbes.fr

Publicités

Jean-Jacques Manceau

Jean-Jacques Manceau est diplômé d’un DEA d’Etudes politiques de Lille 2. Il commence sa carrière de journaliste à la Voix-du-Nord et à l’Etudiant avant de se spécialiser dans l’économie et la finance. D’abord au Revenu puis à Capital. Il devient rédacteur en chef à l’Expansion en 2002. Spécialiste en stratégie d'entreprise, il écrit en 2010 un ouvrage sur « Le Club Med, réinventer la machine à rêve ». En 2012, il s’oriente dans la communication en devenant Directeur de la communication externe d'une multinationale du sport. Il est aujourd'hui auteur et éditorialiste.

Un commentaire sur “Netflix, lance un nouveau Junk bond”

Votre avis