Publicités

Et si vous transformiez Mamie en diamant !

C’est le placement à la mode ! Acheter des diamants pour se prémunir contre la chute des marchés, la baisse des taux…

Pourtant, dans ce domaine les aigrefins sont légion. L’AMF, le gendarme des marchés financiers, rappelle sans cesse que les placements exotiques, tels que le vin, les manuscrits, les pierres précieuses, le diamant, etc. sont des placements à très hauts risques.

Seuls les investisseurs avertis, connaissant ces marchés, peuvent éventuellement envisager d’investir, une très faible partie de leur capital, avec une très grande prudence.

En clair, si vous vous posez la question d’investir sur le diamant, sans être un professionnel du diamant, passez votre chemin.

L’AMF vient d’ailleurs de pointer du doigt une société particulièrement active sur le marché français, la société BLUE STONE LTD. Elle propose, directement ou indirectement, via au moins 8 sites internet (www.diamoneo.com, www.diamondthrust.com, www.boursodiamants.com, www.gemoneo.com, www.investissementdiamant.com, www.diamoning.com, www.ruedudiamant.com, www.diamonds-exchanges.com), aux investisseurs résidents en France d’investir dans les diamants, mettant en avant un rendement financier attractif.

Et si vous voulez vraiment investir dans une pierre précieuse, il vous reste la possibilité de transformer un de vos proches (après sa mort évidemment…) en diamant.

Plusieurs sociétés notamment la suisse algordanza vous propose de garder un défunt à proprement dit, avec vous, sous forme… De diamant.

Les cendres sont composées de carbone, tout comme la matière première du diamant. Chauffé, le carbone se transforme en graphite, puis il est soumis à une très haute pression et une très forte chaleur (2500 degrés Celsius combinés avec une force de plus de 870.000 livres par pouce carré (PSI)). Selon les entreprises, le prix de départ peut être entre 3400$ et 5000 $ (4560 euros).

Très chic sur son Iphone.

Publicités

Jean-Jacques Manceau

Jean-Jacques Manceau est diplômé d’un DEA d’Etudes politiques de Lille 2. Il commence sa carrière de journaliste à la Voix-du-Nord et à l’Etudiant avant de se spécialiser dans l’économie et la finance. D’abord au Revenu puis à Capital. Il devient rédacteur en chef à l’Expansion en 2002. Spécialiste en stratégie d'entreprise, il écrit en 2010 un ouvrage sur « Le Club Med, réinventer la machine à rêve ». En 2012, il s’oriente dans la communication en devenant Directeur de la communication externe d'une multinationale du sport. Il est aujourd'hui auteur et éditorialiste.

Votre avis