Impôts : Ces coups de pouce du Fisc qu’il ne faut pas négliger

Publicités

Cours de soutien, abonnement presse, gardes d’enfant… Les contribuables n’y pensent pas forcément mais de nombreuses « niches » fiscales existent pour réduire ses impôts. Elles prennent souvent la forme d’un crédit d’impôt.

Le crédit d’impôt permettent de diminuer le montant de l’impôt dû par le contribuable. Il donne lieu à un remboursement d’impôt par l’Administration fiscale lorsque le contribuable n’est pas imposable ou si le montant de l’impôt dont il est redevable est inférieur au montant du crédit d’impôt.

Vos abonnements de presse à moitié prix grâce au fisc

Le gouvernement veut instaurer un crédit d’impôt de 50 % en faveur des ménages les plus modestes au titre de la souscription d’un titre de presse, papier ou en ligne. L’aide s’appliquerait au premier abonnement, souscrit pour au moins un an, à une publication périodique ou à un service de presse d’information politique et générale. Le crédit d’impôt serait réservé aux foyers dont le revenu fiscal de référence de l’avant-dernière année précédant celle de la souscription de l’abonnement ne dépasserait pas, pour une part de quotient familial, 10 000 euros, cette limite étant majorée de 25 % par demi-part supplémentaire. Le crédit d’impôt, octroyé une seule fois par foyer d’ici au 31 décembre 2022, serait plafonné à 50 € par foyer. Le projet de loi de finances rectificative est examiné par l’Assemblée nationale en séance publique à partir d’aujourd’hui.

A noter que le Gouvernement a déposé un amendement visant a l’instauration d’un crédit d’impôt en faveur de la création, qui soutiendra les investissements des médias dans les programmes et la création audiovisuels en 2020. Ce crédit d’impôt de 15 % serait institué au bénéfice des éditeurs de services de télévision, de radio et de médias audiovisuels à la demande, pour les dépenses de création audiovisuelle et cinématographique, les redevances versées aux organismes de gestion collective des droits d’auteurs et des droits voisins ainsi que les rémunérations versées directement aux auteurs dans le cadre de contrats conclus avec les éditeurs. Les dépenses prises en compte par le crédit d’impôt devront avoir été exposées entre le 1er mars et le 31 décembre 2020.

Allégement fiscal pour les cours particuliers

Les personnes qui engagent des dépenses pour des cours particuliers bénéficient d’une déduction d’impôt qui prend la forme d’un crédit d’impôt dont le montant s’élève à 50 % des dépenses engagées au cours de l’année pour prendre des cours particuliers. Ces dépenses sont prises en compte pour le calcul du crédit d’impôt, dans la limite de 12.000 euros par an. Toutefois, ce plafond peut-être majoré dans certaines conditions. La déduction d’impôt pour les cours particuliers est un crédit d’impôt.

Cette ristourne fiscale pour les cours particuliers à domicile, elle a été étendue au soutien scolaire à distance le 22 mars, au début du confinement, par le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Défiscaliser votre jardinier

Le crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié pour des travaux de jardinage est calculé sur le montant des rémunérations nettes versées au salarié et sur le montant des cotisations sociales afférentes à ces rémunérations ou sur le montant facturé par l’association ou l’entreprise agréée.

Le montant des dépenses engagées pour l’emploi du salarié à domicile est retenu dans la limite de 5 000 euros par an et par foyer fiscal pour le calcul du crédit d’impôt.

Le crédit d’impôt pour frais de garde des jeunes enfants

Vous pouvez bénéficier, sous certaines conditions, d’un crédit d’impôt sur le revenu égal à 50 % des dépenses payées pour la garde de vos enfants ou petits-enfants à charge en crèche, garderie ou auprès d’une assistante maternelle agréée. L’enfant doit avoir moins de 6 ans au 1er janvier de l’année d’imposition. Les dépenses sont limitées à 2 300 euros par enfant gardé et à 1 150 euros en cas de garde alternée.

La réduction d’impôt pour frais de scolarité des enfants

Vous pouvez prétendre à une réduction d’impôt sur le revenu lorsque votre enfant poursuit des études. Votre enfant doit être à votre charge, être non rémunéré et poursuivre des études secondaires ou supérieures durant l’année scolaire en cours au 31 décembre de l’année d’imposition. Le montant de la réduction dépend du niveau d’enseignement : 61 euros pour le collège, 153 euros pour le lycée et 183 euros pour l’enseignement supérieur.