Publicités

Feu à volonté sur le « free refill »

index

Pourquoi les fast-food américains proposent-ils plusieurs tailles de gobelets, vu que le service de boissons est en « free refill », autrement dit à volonté !

Réponse d’un expert en burger US : «  Les grands verres c’est mieux, ça évite de se déplacer souvent ! »

Une problématique qui ne devrait pas toucher la France puisque le gouvernement vient de décider d’interdire cette vénérable institution américaine qu’est le « free refill ». Un décret publié le 25 janvier indique que « les boissons contenant des sucres ajoutés ou des édulcorants ne pourront plus être mises à disposition à volonté, gratuitement ou pour un prix forfaitaire, dans les lieux de restauration publique et dans les établissements scolaires. » Les lieux visés incluent tous les lieux de restauration ouverts aux publics, y compris la restauration collective et sociale, l’hôtellerie et les clubs de vacances.

Une décision qui n’a pas seulement été prise pour emmerder Donald Trump mais aussi pour éviter l’obésité enfantine. Le lien entre boissons sucrées et surpoids semblant établi de façon peu contestable.

Pourtant les industriels du soda n’ont pas manqué d’imagination pour plaider leur cause. L’argument en faveur des fontaines à soda le plus baroque étant… écologique.

Les distributeurs de soda « au gobelet » dans les lieux publics sont beaucoup plus respectueux de l’environnement puisque cela ne génère pas (ou peu) de déchets (bouteilles plastiques).

Les industriels du soda ont été jusqu’à faire campagne avec cet argument vis-à-vis des vendeurs d’eau en bouteille. Allant jusqu’à suggérer d’interdire la vente d’eau en bouteille sur ces mêmes lieux en raison du nombre important de déchets plastiques que cela génère.

Publicités

Jean-Jacques Manceau

Jean-Jacques Manceau est diplômé d’un DEA d’Etudes politiques de Lille 2. Il commence sa carrière de journaliste à la Voix-du-Nord et à l’Etudiant avant de se spécialiser dans l’économie et la finance. D’abord au Revenu puis à Capital. Il devient rédacteur en chef à l’Expansion en 2002. Spécialiste en stratégie d'entreprise, il écrit en 2010 un ouvrage sur « Le Club Med, réinventer la machine à rêve ». En 2012, il s’oriente dans la communication en devenant Directeur de la communication externe d'une multinationale du sport. Il est aujourd'hui auteur et éditorialiste.

Votre avis