Pourquoi les assureurs veulent bloquer les retraits des contrats d’assurance vie

Publicités

C’est un nouveau coup de tonnerre dans le ciel de l’assurance-vie. Allianz va décourager les retraits de fonds avant 5 ans. Un de plus après la décision de la filiale H2O de Natixis d’interdire temporairement les retraits des épargnants.

 

Lors d’une conférence de presse, Allianz indique vouloir revoir son assurance vie « dans un contexte de taux bas durables et de volatilité des marchés financiers pour trouver une alternative au fonds euros qui ne rapporte plus rien. »

Selon le cabinet Fact & Figures, le taux de rendement moyen servi par les fonds euros classiques des contrats d’assurance vie devrait s’établir entre 1,00% et 1,10% en 2020.

Pour le lancement de son nouveau contrat Allianz Vie Fidélité, l’assureur annonce une nouveautés de taille : les épargnants devront attendre 5 ans avant d’avoir accès aux gains du fonds euros.

L’innovation d’Allianz Vie Fidélité consiste en effet à inciter les épargnants à conserver au moins 5 ans leur contrat, en jouant sur le fonds euros. Ainsi, pendant les 5 premières années après la souscription, les bénéfices tirés du fonds euros sont indisponibles, placés sur une unité de compte (UC), c’est-à-dire des fonds investis sur les marchés financiers, mais à « risque modéré », choisie par Allianz.

Tout retrait avant cette échéance fait perdre à l’épargnant ces gains. Avant 5 ans, l’investisseur perd de l’argent au titre des frais payés, dont 1,4% de frais de gestion sur l’encours.

Actuellement, entre 25% et 30% des détenteurs actuels d’assurance vie chez Allianz sortent leur argent avant 5 ans. Avec cette nouvelle formule, en l’état, ils seraient donc perdants. « Il existe une incertitude sur le comportement des assurés. Toutefois quel qu’il soit, le produit est, d’après nos simulations, plus attractif que notre fonds euros actuel pour les clients qui restent 5 ans et plus », souligne Sylvain Coriat, chez Allianz.

Allianz prévoit toutefois 6 cas de figure où le rachat anticipé s’effectue sans pénalité : invalidité de l’assuré, de son conjoint ou de ses enfants, perte d’emploi après liquidation judiciaire, expiration des droits au chômage, décès du conjoint, surendettement de l’assuré et handicap de son enfant.

En revanche, si l’épargnant reste 5 ans, les bénéfices amassés sur l’UC deviennent disponibles et sont partagés entre les assurés ayant conservé leur investissement. Le client est alors libre de les récupérer ou de les placer sur un autre support, y compris de les réinvestir sur le fonds euros avec toutefois une limite : au moins 30% de l’assurance vie doit être investie en unités de compte.

Comme toute UC, l’unité de compte où sont placés les gains annuels du fonds euros ne comporte, par nature, pas de garantie en capital.

C’est pourquoi Allianz s’engage à ce que la bonification atteigne au moins 10% au bout de 5 ans, quitte à la payer de sa poche. C’est ce que l’assureur appelle la « garantie Fidélité ». A terme, cette logique va aussi s’appliquer aux contrats des associations d’épargnants Gaipare et Asac-Fapès, partenaires d’Allianz.