Publicités

10 chiffres pour comprendre les enjeux de la dépendance

la dépendance en 10 chiffres

La perte d’autonomie des personnes âgées, c’est le sujet au cœur de l’actualité et du débat politique de cette fin d’année 2018. Résumé des enjeux de la dépendance en 10 chiffres.

Le président Macron a promis de relever le défi de la perte d’autonomie des personnes âgées. Lors du Congrès de Versailles en juin, il a posé la première pierre du débat : « On a vu émerger un nouveau risque social, la dépendance. Il faut organiser et financer ce nouveau risque. Je souhaite qu’une loi soit votée durant l’année 2019. » Voici les chiffres clés pour comprendre les enjeux pour la société et pour les particuliers.

  1. 30 milliards d’euros pour financer la dépendance

La prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie coûte 30 milliards d’euros par an, soit 1,4 point de PIB. dont 23,7 milliards sont financés par les pouvoirs publics. En 2060, elle va doubler pour représenter 2,78 points de PIB, selon le ministère de la Santé.

  1. 20 ans de gain d’espérance de vie.

En 60 ans, l’espérance de vie à la naissance a progressé de vingt ans, soit actuellement 79,4 ans pour les hommes et à 85,4 ans pour les femmes. Un vieillissement de la population qui a son revers, 1,3 million de Français est aujourd’hui dépendant.

  1. 8.3 milliards à la charge des départements

La perte d’autonomie, un poste de 8,3 milliards d’euros, est pour l’instant à la charge des départements qui versent l’APA, une allocation de 5,5 milliards d’euros indexée sur le niveau de dépendance.

  1. 12 milliards, le coût financé par l’Assurance-maladie

Sur 12,2 milliards, l’Assurance maladie finance à hauteur de 12,1 milliards, soit la quasi totalité, les soins délivrés en ville, à l’hôpital ou dans les centres médico-sociaux.

  1. 2.4 milliards, le coût pour les ménages.

Les ménages contribuent à hauteur de 2,4 milliards nets en salariant des aides à domicile. Les personnes placées dans des établissements médicalisés tels que les Ehpad doivent en principe payer de leur poche les services d’hôtellerie. Cela leur revient à 3,8 milliards d’euros. Certains ont accès à des aides nationales pesant 3,3 milliards d’euros, telles que l’Aide sociale à l’hébergement.

  1. 2 000 euros de reste à charge mensuel en moyenne en Ehpad

En Ehpad, les restes à charge sont élevés et très variables d’un département à l’autre. En moyenne, un mois d’hébergement pour une personne sévèrement dépendante coûte 2 450 €. Ce coût est de 2 050 € dans la Meuse, le département le moins cher, mais il dépasse 3 500 € à Paris.

  1. 4 050 euros, le coût maximum d’un hébergement à domicile

À domicile, pour les personnes en situation de perte d’autonomie très lourde, le coût moyen peut atteindre entre 2 500 € et 4 050 € en fonction du revenu de la personne âgée. Mais c’est aussi à domicile que

  1. 11 milliards d’euros, l’évaluation de l’aide informelle

L’intervention des aidants, notamment la solidarité familiale est évaluée en France à 11 milliards d’euros par an.

  1. 1.3 million, le nombre de bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

  2. 3.5 ans, le temps de versement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

Les bénéficiaires perçoivent en moyenne l’APA pendant 3 ans et demi. Les hommes en bénéficient en moyenne un an de moins que les femmes : 2,9 ans contre 3,9 ans.
Les durées de perception de l’APA les plus longues (5 années environ) concernent en général des femmes prises en charge en établissement et dont la perte d’autonomie s’est aggravée. Les durées les plus courtes (moins de 2 années) s’appliquent plus souvent aux hommes pris en charge à domicile et déjà très dépendants au moment de l’ouverture de leurs droits.

Publicités

Jean-Jacques Manceau

Jean-Jacques Manceau est diplômé d’un DEA d’Etudes politiques de Lille 2. Il commence sa carrière de journaliste à la Voix-du-Nord et à l’Etudiant avant de se spécialiser dans l’économie et la finance. D’abord au Revenu puis à Capital. Il devient rédacteur en chef à l’Expansion en 2002. Spécialiste en stratégie d'entreprise, il écrit en 2010 un ouvrage sur « Le Club Med, réinventer la machine à rêve ». En 2012, il s’oriente dans la communication en devenant Directeur de la communication externe d'une multinationale du sport. Il est aujourd'hui auteur et éditorialiste.

Votre avis

%d blogueurs aiment cette page :