Publicités

Assurance-vie en euros, pourquoi il faut changer de contrat avant la fin de l’année

Une enquête a mis en évidence quelques pratiques chez les assureurs-vie qui affectent les rendements. Alors profitez de la fin de l’année pour faire un retrait ou changer de contrat d’assurance-vie en faisant un bon coup fiscal. Vous serez gagnant sur tous les tableaux.

Avec un encours de 1682.3 milliards d’euros à fin octobre 2017, l’assurance vie est le placement financier préféré des Français. Mais, souvent présenté comme sûr et rentable, ce placement peut réserver bien des surprises notamment en termes de rendement. C’est ce que révèle une enquête de la CLCV, une association nationale de défense des consommateurs et usagers.

Premier constat : les assurances vie commercialisées par une banque ont un rendement plus faible que les contrats commercialisés par un assureur ou une mutuelle (sur 8 ans, 22.62 % contre 27.96 %).

La CLCV note aussi des taux de redistribution qui vont de 56 à 107 % selon les assureurs. Le taux de redistribution, c’est le taux de rendement global du portefeuille dans lequel est inclus le contrat. Un mauvais taux de redistribution laisserait à penser que votre contrat subit des frais de gestion important.

Autre point soulevés : les contrats fermés à la commercialisation ont tendance à être moins bien servis que les contrats toujours ouverts (sur 8 ans, 25.62 % contre 27.13 %).

Alors si votre contrat à plus de 8 ans et qu’il est fermé à la commercialisation, n’hésitez pas à faire un retrait partiel avant la fin de l’année. Vous ferez un bon coup fiscal !

Car lors d’un retrait sur un contrat d’assurance vie, seule la part de gains est fiscalisée, le capital lui n’est pas taxé. Surtout, après huit ans un abattement annuel sur les intérêts, tous contrats confondus, est retenu avant l’application du prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5%. Il est de 4.600 euros pour une personne seule et de 9.200 euros pour un couple marié ou pacsé.

Ce mécanisme vous permettra de purger chaque année tout ou partie de vos plus-values et d’économiser ainsi jusqu’à 690 euros d’impôt.

Avant de faire cet aller-retour (retrait puis versement), vérifiez que votre le contrat est en plus-value et qu’il a plus de huit ans. Vous devez de préférence avoir moins de 70 ans et ne pas toucher à un contrat souscrit avant le 13 octobre 1998 (les conditions fiscales au décès y sont très avantageuses) et enfin procéder à un reversement, de préférence sur un autre contrat d’assurance vie qui idéalement ne prélève pas, ou très peu, de frais à l’entrée.

Publicités
  1. […] la CLCV, il vaut mieux avoir souscrit un contrat d’assurance-vie auprès d’un assureur plutôt que dans une banque (performance servie aux clients : sur 8 […]

    Répondre

  2. […] PEL, assurance-vie, marchés boursiers : Jean-Jaques Manceau, auteur du blog My Little Money, passe en revue les tops […]

    Répondre

  3. […] Mais en fait le président de l’Afer a une botte secrète. Une cagnotte de 600 millions d’euros de gains latents sur les investissements réalisés en actions comme en immobilier, que le gérant du fonds euros, l’assureur Aviva, pourrait décider de concrétiser en partie, de manière à doper le rendement. Il serait donc malin d’attendre un peu avant de fermer son contrat ! […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :