Publicités

[Finances personnelles] Assurance emprunteur, pourquoi les banques ne jouent pas le jeu !

Le 1er janvier 2018, les emprunteurs pourront renégocier et mettre en concurrence chaque année l’assureur qui couvre leur prêt immobilier. Un enjeu financier colossal pour les banques qui sont prêtes à tout pour ne pas se laisser tondre !

Changer l’assurance de son prêt immobilier, c’est simple comme bonjour ! Il suffit désormais d’envoyer un courrier pour résilier le contrat auprès de sa banque ou de son assureur, accompagné du nouveau contrat négocié préalablement auprès d’un concurrent. Seule condition : les garanties doivent être au moins équivalentes à celles du contrat précédent.

Une fois reçu le nouveau contrat d’assurance, la banque a dix jours pour formuler son acceptation ou son refus par écrit. En cas d’acceptation, le nouveau contrat démarrera à la date d’effet prévue. Si la banque refuse « légitimement » le changement d’assurance, le nouveau contrat sera annulé sans frais et les éventuelles cotisations déjà versées seront remboursées.

Un conseil, ne tardez pas ! Car le tarif de l’assurance emprunteur varie en fonction de l’âge des assurés. Et que la procédure peut être longue…

Car les banques sont bien décidées à ne pas se laisser tondre aussi facilement près de 3 milliards d’euros de marge. Selon les projections du courtier Réassurezmoi, la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur aura des effets considérables. Les banques ont près de 90% de parts de marché mais des tarifs en moyenne 25% plus élevés que chez les assureurs alternatifs. « Elles font 40 % de marge sur l’assurance, en moyenne, explique un expert du secteur ». Selon Réassurezmoi, les banques pourraient perdre dès l’an prochain 450.000 emprunteurs soit 8% de leur portefeuille. Pour les clients, les gains sur la durée du prêt peuvent atteindre 30 000 euros !

Alors comptez sur elles pour traîner des pieds et marchander. A compter du 1er janvier 2018, les banques pourront par exemple exiger en échange d’un avantage préférentiel consenti (taux plus bas par exemple, la souscription d’une assurance maison, etc.) la domiciliation des revenus de l’emprunteur pour une durée maximale de dix ans alors que la durée moyenne des crédits en France est de 7 ans. Et comptez sur votre banque pour vous assaisonner ensuite sur les frais de gestion de compte (carte bancaire, assurances, virements, etc.).

De même, elle va examiner en détail les couvertures offertes par le nouveau contrat. Et au moindre problème, la demande sera rejetée. Il vaut donc mieux se faire accompagner par un courtier en assurance tel que Meilleurtaux ou Empruntis ou sur des sites comme magnolia.fr qui propose la souscription d’une assurance emprunteur 100% en ligne pour les clients qui ne présentent pas de risques de santé majeurs.

Publicités

Jean-Jacques Manceau

Jean-Jacques Manceau est diplômé d’un DEA d’Etudes politiques de Lille 2. Il commence sa carrière de journaliste à la Voix-du-Nord et à l’Etudiant avant de se spécialiser dans l’économie et la finance. D’abord au Revenu puis à Capital. Il devient rédacteur en chef à l’Expansion en 2002. Spécialiste en stratégie d'entreprise, il écrit en 2010 un ouvrage sur « Le Club Med, réinventer la machine à rêve ». En 2012, il s’oriente dans la communication en devenant Directeur de la communication externe d'une multinationale du sport. Il est aujourd'hui auteur et éditorialiste.

Laisser un commentaire