Publicités

On peut faire ce que l’on veut chez soi !

Tatoufo : On peut faire ce que l’on veut chez soi !

Vrai ou faux ? On peut faire ce que l’on veut chez soi ! La réponse en vidéo avec Tatoufo par meilleurtaux.com

Ah, on est bien chez soi…

On peut faire ce que l’on veut.

Repeindre sa maison en rouge, choyer son petit jardin pour en faire un magnifique parc à la française ou y laisser pourrir des vieilles carcasses de voiture…

Ah non ?

TATOUFO !

Contrairement, à une idée reçue, on ne peut pas faire ce que l’on veut chez soi !

Un propriétaire d’une maison vient d’en faire les frais.

Il avait en effet choisi de décorer son jardin, en y entreposant toutes sortes d’objets.

Comme des fauteuils en skaï, des carcasses de réfrigérateur, une banquette déchirée, des bouteille de gaz, rouleau de grillage…et même des WC « très usagés »

Ce qui n’était pas vraiment du gout de ses voisins qui ont donc porté plainte !

La cour d’Appel de limoges leur a donné raison et ont condamné le propriétaire à indemniser ses voisins.

Et accessoirement à débarrasser son jardin.

Pas content du tout de cette atteinte à la liberté de faire ce que bon lui semble dans sa maison, il a saisi la Cour de Cassation.

Qui ne c’est pas non plus laissé convaincre !

La cour a confirmé que le fait d’entasser des objets encombrants et des détritus divers sur son propre terrain peut être à l’origine d’un trouble de voisinage, susceptible de réparation et de dommages et intérêts.

Le fait que ces divers objets soient « visibles par leur proximité » suffisait, selon les magistrats, à caractériser un trouble anormal de voisinage.

Alors pour la déco, opter plutôt pour le jardin à la française !

Publicités

Jean-Jacques Manceau

Jean-Jacques Manceau est diplômé d’un DEA d’Etudes politiques de Lille 2. Il commence sa carrière de journaliste à la Voix-du-Nord et à l’Etudiant avant de se spécialiser dans l’économie et la finance. D’abord au Revenu puis à Capital. Il devient rédacteur en chef à l’Expansion en 2002. Spécialiste en stratégie d'entreprise, il écrit en 2010 un ouvrage sur « Le Club Med, réinventer la machine à rêve ». En 2012, il s’oriente dans la communication en devenant Directeur de la communication externe d'une multinationale du sport. Il est aujourd'hui auteur et éditorialiste.

Un commentaire sur “On peut faire ce que l’on veut chez soi !”

Votre avis

%d blogueurs aiment cette page :